13 juillet 2006

Mes colocs ont une vie sentimentale dissolue

Heureusement, ça m’occupe.

Je ne sais pas si on peut me qualifier de colocataire idéal, sachant qu’une de mes occupations favorites est de lire le courrier intime de mes voisins de chambrée et de colporter leurs mésaventures sexuelles et sentimentales.

Kartofeln, nouvelle et provisoire occupante de la deuxième chambre à droite dans le couloir en rentrant, a la ferme attention de ne pas retourner dans ses mornes contrées outre ligne Maginot sans avoir goûté à l’arrogance toute française d’un dragueur parisien. Consternant de constater à quel point l’occupant de la chambre d’en face de la mienne (la troisième au fond du couloir à gauche) sombre sous les charmes peu discrets de cette mangeuse d’hommes. Ou alors ça l’arrange, depuis qu’il ne sort – couche – plus avec la copine de l’occupante de la première chambre à gauche en rentrant qu’il trompait aussi avec son ex. Le tout en sortant avec une régulière depuis plus d’un an. Oui je sais c’est compliqué.         

J’avoue cependant apprécier de plus en plus le charme fleuri de la copine de l’occupant de la deuxième chambre à droite dans le couloir en rentrant - provisoirement remplacé par Kartofeln - ; charme tout germanique lui aussi qui pousse la jeune demoiselle a envisager une retraite à 25ans dans la campagne teutone à s’occuper de la marmaille en faisant des gâteaux pour son mari chéri se tuant au travail. On comprendra les quelques réticences de ce dernier vis-à-vis de cette…ahem…mission, réticence ponctuée d’une culpabilité féroce qui agite les garçons incapables de satisfaire les désirs sexuels de leur dulcinée.

Sans oublier les diverses soirées qui apportent leur lot de pervers sexuels et autres appétits et j’ai parfois l’impression de vivre dans le Loft, le jacuzzi en moins. Et que toutes les frasques possibles et imaginables semblent par enchantement s’arrêter devant ma porte.

D’ailleurs maintenant je vous laisse deviner où se trouve ma porte dans le couloir, et le ou la gagnante aura soit une cyber fellation, soit toute ma gratitude.

Posté par derrick à 12:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Mes colocs ont une vie sentimentale dissolue

    Troisième porte au fond du couloir, à droite (la parenthèse dans le texte porte cependant à confusion).
    Cyber fellation, merci.

    (Style (d'écriture) magistral, il va sans dire.)

    Posté par M-Y, 17 juillet 2006 à 13:12 | | Répondre
  • Ben ça fait plaisir de lâcher des commentaires ici. Je ne sais même pas si j'ai répondu juste au quizz...
    Cela dit, si dans tout ça une piaule se libère, je suis candidat à la reprise.

    Posté par Man-Yok, 26 juillet 2006 à 12:53 | | Répondre
  • oh mille confuses, j'ai zappé. oui c'est bien ça, mais j'ai l'impression de passer ma vie à faire des cyber fellations ces temps ci

    Posté par derrick, 28 juillet 2006 à 10:46 | | Répondre
Nouveau commentaire